Top 2019 – Reno – Albums

Posted by

Comme chaque année, voici mes 15 albums préférés. Aucun ordre particulier.

Fat White Family – Serf’s up

J’avais adoré Champagne Holocaust (Top albums 2014) et je garde un vif souvenir du clip de Touch the Leather (Meilleur video de tous les temps?) mais l’album précédent était un peu trop plan plan… Serf’s Up s’est inséré peu a peu dans mon top, a chaque fois que mon shuffle play ramenait une de ses chansons aux mélodies de pub enfumé… Ils ont un coté sale et sans effort qui me branche bien. Maintenant mon album préféré de ce groupe. 

Et pour le plaisir, je ne résiste pas a repartager le clip non censuré de “Touch the Leather”

Girl Band – The Talkies

Un de mes albums les plus attendus de l’année. On était pas certain qu’il y en aurait un deuxième étant donné les problèmes de santé mentale du chanteur principal mais il est la, et bien la. Dérangeant, abrasif, angoissant, cacophonique, sans concessions. La plupart des paroles sont incompréhensibles et décousues mais c’est le sentiment d’urgence et de confusion qui passe. Les mots sont semblent-ils choisis plus pour leur sonorité que pour leur signification. Un groupe important.

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Troisième album de Kiwanuka, deuxième avec Danger Mouse a la production. On y retrouve le cote très orchestré de Danger Mouse, qui vient aider Kiwanuka à explorer dans toutes les directions. Les influences africaines, soul et rock se mélangent. Mine de rien Kiwanuka réalise un parcours sans fautes et j’ai bien hate de le voir sur scene pour la premiere fois en février.

Jean Leloup – L’etrange Pays

Nouvel album intime de Jean Leloup. Simplement guitare/voix, enregistré un peu partout dans la nature. On y entend les bruits d’oiseaux et le vent. Presque des demos.

Karen O & Danger Mouse – Lux Prima

Deuxième album de mon top ou figure Danger Mouse. Ici c’est tout un album réalisé en duo avec Karen O des Yeah Yeah Yeahs. Les chansons sont hyper cinématiques, on les imagine bien sur des longs plans séquence contemplatifs à la Terrence Malick. On y retrouve avec plaisir la voix envoûtante de Karen O qui pourrait chanter n’importe quoi et ca viendrait de toutes façons me chercher.

Ada Lea – What we say in Private

Excellent premier album pour cette chanteuse Montréalaise. Un peu notre Phoebe Bridgers à nous. Je remarque d’ailleurs pour la premiere fois qu’elle est sur le label Saddle Creek de Conor Oberst (Bright Eyes), avec qui Phoebe Bridgers a enregistré un superbe album cette année. 

Better Oblivion Community Center – S/T

Tiens, tant qu’on y est le voici l’album collaboratif de Phoebe Bridgers et Conor Oberst. C’est en fait exactement ce qu’on pourrait s’attendre d’une collaboration entre ces deux la, un son folk rock avec des paroles truffées de références culturelles, sauf que c’est très réussi. Leurs voix sont très complémentaires et je suis ravi de voir Conor Oberst s’éloigner du son country qu’il avait adopté ces dernières années.

Fontaines DC – Dogrel

Fontaines DC viennent compléter mon trio pub rock de 2019 avec Fat White et Girl Band. Je pense que c’est une des premières fois que j’ai des irlandais dans mon top albums, et ça en fait deux cette année avec Girl Band. Un peu dans la vague de Idles, du rock qui sent la Carling, assez classique mais super efficace. Certaines chansons évoquent les Clash (Sha Sha Sha), d’autres les Smiths (Television Screens). Je comprends toujours pas pourquoi il parle de son “Charleroi smile” dans “Big” par contre. 

Faber – I Fuckin’ Love my Life

Germanophile notoire je suis toujours à la recherche de bons groupes en allemand. Ne vous laissez pas berner par le titre anglophone, tout ici est dans la langue d’Angela (il est suisse allemand par contre). Son premier album (voir mon top 2017) est probablement mon album germanophone préféré de la décennie donc la barre était haute mais il ne déçoit pas. Toujours ce ton désabusé et cynique dans le chant qui se mélange à sa guitare sèche et aux cuivres. L’album est un peu plus morose que le précédent par contre, je lui enverrais bien une petite carte de vœux pour m’assurer qu’il va bien. 

Leonard Cohen – Thanks for the Dance

Je suis toujours très sceptique pour les albums posthumes mais c’est ici l’une des exceptions qui confirment la règle. L’album est tout droit dans la lignée de You Want it Darker et a été terminé par son fils Adam, aidé d’une brochette de musiciens dont Richard Reed Parry (le génie multi-instrumentaliste de Arcade Fire). “It’s Torn” et “The Goal” sont directement entrées dans mon panthéon de Cohen, pourtant déjà bien rempli. Je me serais passé de “Puppets” par contre.

Purple Mountains – Purple Mountains

L’album aux textes et à l’histoire la plus déprimante de l’année… l’histoire de David Berman me fascine un peu, lisez le mot qu’il a écrit à propos de son infâme père lorsqu’il a mis fin a Silver Jews il y a 10 ans (https://www.stereogum.com/47621/silver_jew_calls_it_quits_exposes_dad/news/). Avant de nous quitter il a donc sorti ce disque, mélange de mélodies très accrocheuses et de paroles qui associent l’humour et la dépression comme personne. J’adore les images qu’il évoque en permanence, surtout cette idée du monde qui s’autodétruit pendant qu’on sirote des margaritas de toutes les couleurs au centre commercial.

Sharon Van Etten – Remind me Tomorrow

Probablement son meilleur album à ce jour, mais c’est difficile à dire tellement ils sont tous excellents. Le son change complètement ici, troquant sa guitare pour des sonorités au synthétiseur. Personne cette année n’a écrit une meilleure succession de chansons que Comeback Kid > Jupiter 4 > Seventeen. Et Seventeen va rester comme une des grandes chansons d’adieu a son adolescence, ce qui vient prendre les adulescents comme moi droit aux tripes.

Black Midi – Schlagenheim

Faber a un titre d’alum en anglais mais chante tout en allemand, Black Midi ont un titre en Allemand mais ils chantent tout en… en quoi au juste ? En anglais je pense mais je comprends rien, et on s’en fou un peu en fait. C’est l’album que j’ai le plus hésité à mettre dans mon top, car je l’aime ou il m’insupporte selon les jours, mais il y a vraiment quelque chose. Mélange de guitares math rock et de noise rock. Ils ont genre 12 ans mais sont super doués. Un des excellents shows vu cette année, ce qui me pousse à l’inclure…  .

Bleu Jeans Bleu – Perfecto

Quiconque a vécu au Québec cette année n’a pas pu passer à coté et n’en peut probablement plus de ce groupe et de leur tube Coton Ouaté tellement il a été martelé dans les médias et par les collègues de bureaux. Reste qu’ils ont un don pour mélanger les mélodies entêtantes avec des textes à l’humour décalé . J’suis plus capable de l’écouter, mais au printemps quand c’était frais, ils me mettaient toujours de bonne humeur et sont un excellent groupe de scene. On y reviendra après une pause. Apres tout leur premier album me fait encore rire et danser mes nieces 5 ans après. .

Operators – Radiant Dawn

Pas d’année sans un membre de Wolf Parade, c’est une règle d’or. Cette année c’est au tour de Dan Boeckner avec le deuxième album de son groupe Operators. Il nous conte ici une sorte d’apocalypse nucléaire dans un future proche sur fonds de synthés retro-futuristes. Je vous jure que je le fais pas exprès d’avoir chaque année un de leurs albums dans mon top, ils sont simplement excellents. Hate d’écouter le nouveau Wolf Parade qui sort en 2020.

Reno
Latest posts by Reno (see all)

Leave a Reply