Top 2020 – Reno

Posted by

Pas de concerts en 2020, ou presque… Cela a donc été pas mal plus difficile pour des nouveaux groupes de percer au sens large cette année, et de percer mon top annuel plus spécifiquement. C’est souvent sur scène que le déclic se fait pour moi. Il y a quelque chose qui opère dans ce contact visuel et personnel qu’aucun “live en slip depuis mon garage” via zoom ne remplacera jamais. Le résultat de tout ça pour moi c’est un léger repli vers des artistes établis dans mon top albums. On y retrouve beaucoup de nouveaux opus de gens qu’on connaît bien, capables de m’apporter le réconfort nécessaire mais aussi quelques nouveaux. Donc voici, dans leur plus pur ordre alphabétique, mes quinze albums préférés parus cette année, suivis de mes 15 singles préférés de 2020 et puis 20 chansons random qui ont complété mon année. Le tout dans une seule playlist Spotify parce qu’on est en 2020 et c’est comme ça que les jeunes écoutent leur musique de nos jours. Vous pouvez meme le mettre en shuffle, je ne jugerai pas (peu). J’ai aussi accompagné ça de descriptions et commentaires personnels que personne ne lira jamais. That’s how I roll!

2020 Albums

Adrianne Lenker – Songs

J’avais mis Big Thief et Adrianne Lenker (la chanteuse) dans la même case que beaucoup de bands américains un peu sans intérêt poussés par Pitchfork & co dans une sorte de réaction à Me Too (Snail Mail, Cherry Glazerr, Bully, … ark…alors qu’il y a tant de groupes féminins géniaux). C’est après que mon pote disquaire JF ait insisté plusieurs fois pour me dire que c’était que je lui ai donné une chance et en fait c’est peut-être mon album de l’année maintenant. Elle a tout enregistré seule pendant le confinement quelque part paumé aux US, seule avec sa guitare. Il va falloir que je réécoute Big Thief maintenant et peut-être même Soccer Mommy vu qu’il dit que c’est bien aussi. A écouter avec un petit thé aux fruits des bois, en regardant un oiseau se laver dans une flaque d’eau de préférence.


Antoine Corriveau – Pissenlit
4e album d’Antoine Corriveau et probablement son plus diversifié (j’ai jamais écouté le 1er donc je ne peux pas le garantir). J’aime bien quand il gueule un peu, et il y a plusieurs morceaux ou ça gueule. J’aime aussi ses morceaux tendres, et il y a des morceaux tendres. Ça tombe bien. J’ai aussi énormément apprécié sa vidéo de lancement dans laquelle il déclare enfin sa flamme à sa Toyota Corolla. Je vous le mets en lien et le recommande avec une Molson Ex.


Coriky – Coriky
Un nom merdique et une pochette d’album merdique pour 2 des 4 anciens Fugazi, mais un album assez attachant. Je ne suis vraiment pas un grand connaisseur de la bande de Fugazi/Evens/Minor Threat donc je ne me suis pas rue dessus a sa sortie, mais inversement je n’ai également aucunes attentes. Cleankill le single est mignon, mais c’est l’ensemble de l’album qui me charme. Les chansons y sont simples, entêtantes, sans prétention. L’interaction entre les vocalistes m’évoque un peu les Unicorns parfois (sans tous les synthés et le son 2006). Un petit album du dimanche matin, disons avec un petit café. 


Fontaines DC – A Hero’s Death
Le premier était bon, mais la avec ce deuxième album on est ailleurs. Du post-punk complètement désabusé et un peu nihiliste avec un accent irlandais, parfait pour 2020. J’adore cet album. Jameson. Dry.


Gil-Scott Heron & Makaya McCraven – We’re new again
L’album qui continue de fournir. Gil Scott Heron (la légende) a sorti en 2010, il y a dix ans déjà (voir compile 2010 pour ceux qui suivent), “I’m new Here”, petit à petit devenu un de mes albums préférés de tous les temps. Un ou deux ans plus tard Jamie XX (de The XX) a sorti une version electro ma foi fort bonne, et maintenant en 2020 on a droit à la version Jazz par Makaya McCraven… et c’est encore excellent. Je ne sais pas parler de Jazz donc je n’en dirai pas grand chose d’autre. C’est pas mon genre de prédilection donc ma familiarité avec la musique originale favorise mon engouement mais ce sera peut-être enfin une porte d’entrée pour moi… Petit porto.


Groupe RTD – The Dancing Devils of Djibouti
Une des forces des grands labels qui se concentrent sur la musique africaine pour un un public occidental est aussi une de ses faiblesses : ils se concentrent surtout sur l’âge d’or de 1970 à 1985. Dancing Devils est un enregistrement tout neuf, du groupe de musique étatique (RTD = Radio Télévision Djibouti) et ça fesse. Mélange de musique du nord-est de l’afrique, de Reggae, de stoner, … par le même groupe qui va jouer la Brabançonne a la sortie d’avion de Flupke en voyage officiel. C’est le premier disque de Djibouti publié internationalement (dingue quand même… en 2020!), et le label est venu sur place avec tout son équipement pour l’enregistrer en trois jours après de longues négociations avec un ministère de Djibouti. J’espère que le label (Ostinato) va continuer sur cette lancée de sortir du neuf. A écouter en machant un peu de Khat, ou simplement un Kit-Kat si vous trouvez pas (blague de merde).


Hamilton Leithauser – The Loves of your Life
Toujours une des plus cool voix du paysage indie américain et encore un très bel album. Il a mis un peu plus de temps à faire sa place dans mon cerveau que le précédent compose avec Rostam de Vampire Weekend mais a force de frapper sur le piano et de chanter il finit par mettre tout le pub dans sa poche. Une Pabst Blue Ribbon pour Hamilton.


Lido Pimienta – Miss Colombia
Un des rares concerts que j’ai pu voir cette année, comme une éclipse entre deux vagues de COVID. Il y avait du désinfectant partout et des chaises espacées de 2m. Loin du concert qu’elle peut livrer habituellement, elle était seule sur scène avec ses synthétiseurs et boîtes à rythme et ca a fait du bien même si personne ne pouvait danser. Comme dans Footloose. L’album est hyper heteroclyte, parfois pop, parfois cumbia, parfois tribal afro-colombien… bref un mélange fascinant à revoir lorsqu’on pourra revivre, avec un redbull pour la suivre.


Muzz – Muzz
La voix d’Interpol et la batterie des Walkmen. J’avais déjà un peu reconnecté avec Interpol l’an passé mais cet album sorti de nulle part fut une très belle surprise. Des belles tonalités de guitare et le croon de Paul Banks. Old fashioned pres de la cheminee. 

Nick Cave – Idiot Prayer
Nick Cave, seul au piano, interprétant des chansons de tout son catalogue… que demander de plus ? Un petit ballon de rouge pour aller avec ca.


Phoebe Bridgers – I Know the End
Phoebe Bridgers réalise tout doucement un sans-fautes. Premier album intime qui va devenir un classique dans la veine d’Elliott Smith (Stranger in the Alps), un album collaboratif avec Conor Oberst de Bright Eyes (son héro d’enfance) sous le nom de Better Oblivion Community Center qui a aidé à remettre Mr Oberst sur les rails et maintenant un deuxième album un peu plus orchestre et ambitieux… et surtout excellent. En plus, elle me fait beaucoup rire sur Instagram. Je pense qu’il faut un peu de weed pour Phoebe. 


Sault – Wildfires
Sault ont sorti 4 albums en deux ans (Rise et Black Is cette année), et l’an passé leur album “5” avait attiré mon attention en finissant deuxième dans le top de Bandcamp (qui devient petit à petit une excellente référence). On ne sait presque rien sur le groupe, si ce n’est qu’ils sont du UK et sont officiellement un collectif avec Inflo comme producteur. Ils mélangent de la Soul, de l’afrobeat, de la disco, du hip hop… bref de tout… et leurs albums ont trouvé une bonne caisse de résonance dans le mouvement Black Lives Matter cette année. Excellent avec un cognac.


Sufjan Stevens – The Ascension
Quand il est devenu clair que le prochain Sufjan lorgnerait plus du côté électronique de “Age of Adz” que du côté confessionnel de “Carrie and Lowell” j’ai fait un petit prout de bonheur. J’adore le Sufjan intime, mais il faut le moral. Son côté foutraque et ludique ressort beaucoup plus sur un disque comme celui-ci. Il y a à boire et à manger la dessus, des morceaux pop autour de 3:30 et des constats de 12 minutes sur la descente aux enfers des etats unis. Je pense que quelque chose de bon et un peu écoeurant irait bien avec ça, disons une Pina Colada.


The Strokes – The New Abnormal
Comme beaucoup, je suis le premier surpris d’avoir un album des Strokes dans ma liste de fin d’année… mais :1. Il est excellent2. Il met de bonne humeur3. Qu’est ce qu’on a pu l’écouterCa fait plaisir de les retrouver. J’adore le projet “The Voidz” de Casablancas et j’ai bon espoir qu’il trouve enfin un équilibre personnel entre son côté grand public et son côté déglingué sans gluten. Un Orval avec ça. 


Wolf Parade – Thin Mind
Et bien oui. Comme un vieux peignoir. Ça t’enveloppe et te tient chaud, même si tu sais qu’il y a parfois un trou aux fesses. Limite tu serais déçu si quelqu’un l’avait réparé. Toujours un plaisir de retrouver les aller-retours entre Spencer Krug et Dan Boeckner, sur leur premier album en tant que trio. Julia Take Your Man Home est une des meilleures chansons qu’ils aient enregistré! Spencer a eu un gamin depuis, donc a ecouter avec un Ginger Ale (un artisanal qui pique, pas le Canada Dry).

2020 Singles

  • Benjamin Biolay – Comment est ta peine … J’assume, bon single.
  • Black Country, New Road – Sunglasses… en plein dans ma zone de confort, post-punk avec des paroles cools et un ton désengagé. J’ai très envie de crier “Leave Kanye out of this!” dans une foule en 2021
  • Bright Eyes – Persona Non Grata… Encore une vieille pantoufle, mais son nouvel album est pas mal du tout et je suis content qu’il ait l’air mieux après une très mauvaise passe
  • Dua Lipa ft Angele – Fever… Dur d’avouer le nombre de fois que Céline m’a surpris à écouter cette chanson. En boucle quand je passe l’aspirateur.
  • Jeff Rosenstock – Scram!… Tout simple et entêtant  
  • Jimmy Hunt – Les gens qui m’aiment… très beau nouvel album de Jimmy, tout simple. J’aurais aimé une suite plus ambitieuse a Maladie d’Amour mais c’est cool, il garde ça pour Chocolat
  • Porridge Radio – Sweet… Encore une fois, un penalty facile en ce qui me concerne. Belle voix de femme, dynamique quiet/loud, grosse guitare electrique, UK.
  • Jarv Is – House Music all night Long… Bon le jeu de mot de son nouveau projet est pourri (c’est Jarvis Cocker de Pulp) mais le résultat est assez cool. Très electro/house, on est pas du tout dans Pulp.
  • Perfume Genius – On the Floor… J’ai pas encore réussi à complètement accrocher à l’album mais grosse chanson, et je sens qu’avec un peu plus de temps je vais l’apprivoiser celui-ci 
  • The Gaslamp Killer – Hooked on Classics… Sa carrière a été “cancelled” dans une affaire #metoo dont on ne connaîtra jamais la vérité, mais il continue de produire des trucs excellents
  • Pottery – Texas Drums Pt I and II… Talking Heads are alive and well and living in Quebec
  • Ptit Belliveau – Income Tax… Tout a l’air amateur, mais tout est très bien fait. A petites doses il me fait bien rire ce ptit belliveau la. Une sorte de Mac Demarco en Acadien
  • Run the Jewels – Ju$t (ft Pharell & Zach de la Rocha)… Look at all those slave masters posing on your dollar! Mon Run The Jewels prefere jusqu’ici.
  • The Mavericks – Recuerdos… Une balade de cowboy mexicain sirupeuse à souhait   
  • Yves Tumor – Gospel for a new Century… Un de ces musiciens que je ne comprends pas complètement, capable du meilleur comme du pire, excellent morceau 

2020 Random

  • Caetano Veloso – Nine Out of Ten… Putain d’album Transa, Veloso qui revient de Londre et enregistre la moitie en anglais, plus accessible pour son nouveau public.
  • Christophe – Les Paradis Perdus… Dans la catégorie “dommage qu’il soit mort”, voici Christophe. Capable du meilleur comme du pire. Ca c’est le Meilleur. Voir “Enzo” pour le pire.
  • Damien Jurado – Sheets… Concert fantastique en Janvier, cette chanson m’a foudroyée
  • Dr. John – I Walk on Guilded Splinters… J’adore Tom Waits mais je connaissais pas trop Dr John. J’ai commencé avec “Gris-Gris” parce que j’aime bien le nom.
  • Jonathan Richman – I Was Dancing In A Lesbian Bar… “I, Jonathan” fut mon album “feel-good” de l’année, et cette chanson est son sommet. Ah ouhm.
  • Molchat Doma – Tancevat… Super album de cold wave bielorusse qui on ne sait comment a réussi à buzzer sur Tik Tok
  • New Order – True Faith… J’ai replongé dans quelques vieux New Order, auxquels j’avais toujours préféré Joy Division. Il y a de l’excellent.
  • Nine Inch Nails & David Bowie – Look Back In Anger… Le clan Bowie ressort pleins d’albums live des années 90s en ce moment et j’adore cette période
  • PJ Harvey – Oh My Lover (Demo)… PJ réédite tout son catalogue avec les démos qui vont avec. Je (re)découvre beaucoup et parfois les démos sont meilleures que le disque final.
  • Rowland S. Howard – Dead Radio… Encore une suggestion de JF mon disquaire, super album d’un ancien Bad Seeds
  • Samba Negra – Eberebijara… Psyche Colombien sur la nouvelle compile Analog Africa. You know who to call.
  • Sergio Sampaio – Eu Quero É Botar Meu Bloco Na Rua… Bonne chanson de révolution de stade brésilienne
  • Songs Ohia – Cross the Road, Molina… J’ai passé beaucoup de temps avec Jason Molina cette année. Il est plombant mais je regrette de ne l’avoir jamais vu en concert avant qu’il ne se suicide.
  • Sonora casino – astronautas a mercurio… Je pense que c’est JF ou son acolyte Alex aussi celui-ci. Du psyché peruvien. Evidemment qu’il me le fallait.
  • The Replacements – Unsatisfied… Je sais pas pourquoi j’ai attendu autant d’années avant de réaliser que les Replacements étaient aussi géniaux. C’est tout simple, bien écrit, et ca me donne envie de chanter avec
  • The Wipers – Nome Noma... Il y a eu une compilation Post-Punk Quebecois baptisée Nome Noma qui est sortie cette année, et qui est géniale. Presque rien sur Spotify donc j’ai mis un autre morceau.
  • Tindersticks – Tiny Tears… Ils se sont rappelés à moi cette année pour je ne sais quelle raison, et j’ai beaucoup réécouté leur 2e album. Ca a super bien vieilli
  • Tom Ze – todos os olhos… Celine se fou de ma gueule quand je chante ” Eu sou inocente!” dans mon meilleur portugais mais c’est pas grave.
  • Violent Femmes – Add It Up… les Replacements m’ont mene a Meat Puppets, Big Star, REM et Violent Femmes. Il est bien ce premier album de Violent Femmes.
  • Voz di Sanicolau – Nha Antonia Engracia… Premier album enregistre au Cap Vert avec une femme. Il n’y a pas de petites revolutions. Puis si vous avez lu jusqu’ici bravo, dites le moi et je vous envoie une playlist bonus.

Reno
Latest posts by Reno (see all)

Leave a Reply